Décret sur la souscription des emprunts des bailleurs sociaux

Décret n° 2015-699 du 19 juin 2015 relatif à l’encadrement des conditions d’emprunt des organismes d’habitations à loyer modéré et de leurs filiales.
Entrée en vigueur : 1er juillet 2015.

Article R423-1-6 

I.-Les taux d’intérêt variables des emprunts souscrits par les organismes mentionnés à l’article L. 423-17 auprès d’établissements de crédit sont indexés ou varient en fonction d’un des indices suivants :
1° Un taux usuel du marché interbancaire de la zone euro, du marché monétaire de la zone euro ou des emprunts émis par un Etat membre de l’Union européenne dont la monnaie est l’euro ;
2° L’indice du niveau général des prix ou l’indice harmonisé des prix à la consommation de la zone euro, mentionnés à l’article D. 112-1 du code monétaire et financier, ou l’indice de référence des loyers ;
3° Les taux d’intérêt des livrets d’épargne définis aux articles L. 221-1, L. 221-13 et L. 221-27 du code monétaire et financier.II.-La formule d’indexation des taux d’intérêt variables des emprunts souscrits auprès d’établissements de crédit par les organismes mentionnés à l’article L. 423-17 garantit que le taux d’intérêt exigible est conforme à une au moins des caractéristiques énoncées ci-dessous :

1° Le taux d’intérêt se définit, à chaque échéance, soit comme un taux fixe, soit comme la somme d’un indice mentionné au I et d’une marge fixe exprimée en points de pourcentage ;
2° Le taux d’intérêt ne peut, durant la vie de l’emprunt à taux variable, devenir supérieur au double de celui le plus bas constaté dans les trois premières années de la vie de l’emprunt.

Article R423-1-7

Les organismes mentionnés à l’article L. 423-17 ne peuvent souscrire des contrats financiers qu’à condition qu’ils soient adossés à des emprunts et que le taux d’intérêt variable ou la formule d’indexation qui résulte de la combinaison de l’emprunt et du contrat financier ne dérogent pas aux conditions énoncées à l’article R. 423-1-6.

II.-La délibération du ou des organes chargés de l’administration et de la direction d’un des organismes précités relative à la souscription d’un contrat financier mentionne les caractéristiques essentielles du contrat financier, ainsi que l’emprunt auquel il est adossé, et constate que la combinaison des deux contrats respecte les conditions fixées au I du présent article.

Ne peuvent notamment pas être regardés comme des contrats ou des avenants aux contrats entraînant une réduction du risque au sens du II de l’article 34 de la loi du 26 juillet 2013 susvisée les contrats ou avenants aux contrats qui comportent des stipulations prévoyant :
1° Que l’échéancier est allongé et l’amortissement différé sans que le taux d’intérêt exigible à chaque échéance ajoutée soit un taux fixe ou un taux variable répondant à la condition fixée au 1° du II del’article R. 423-1-6 du code de la construction et de l’habitation ; ou
2° Que le taux d’intérêt exigible est plafonné au titre d’un nombre limité d’échéances sans que le montant exigible à toutes les échéances postérieures à la renégociation soit égal ou inférieur au montant exigible en vertu des stipulations initiales du contrat.

Source : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000030753733